Choisissez votre créneau horaire

Mon marché local en ligne...

Livré à vélo du mardi au vendredi entre 17h et 21h,
sur la Métropole Lilloise (nouvelles communes en septembre !)

François-Xavier et Augustin - Kasana - Braine-l'Alleud

Noix de cajou herbes de Provence bio (165g)

Ces noix de cajou sont récoltées, décortiquées et conditionnées au Burkina Faso, en partenariat avec Chouboupi, une coopérative qui regroupe 300 producteurs locaux. Les noix décortiquées sont transportées vers l’Europe par bateau, sans intermédiaire.

Le développement d’un circuit court Europe-Afrique permet de diviser l'empreinte carbone par 12 par rapport à une filière classique. Cela assure également un revenu fixe et juste à la coopérative Chouboupi et à ses producteurs.

Assaisonnées aux herbes de Provence, c’est le soleil du Sud qui s’invite à l’apéro. Il ne manquera plus que le chant des cigales pour vous faire voyager.

Ingrédients : noix de cajou*, émulsifiant: gomme arabique*, herbes de Provence*, sel marin. (*D’origine biologique UE/Non-UE).

Origine : Burkina Faso

Conditionnement : sachet de 165g

À conserver dans un endroit sec.

A propos du producteur :

François-Xavier et Augustin - Kasana - Braine-l'Alleud

Kasana, créateurs de filières agricoles durables📍 Braine-l'Alleud. 

Leur histoire ? François-Xavier et Augustin sont tombés amoureux de l’Ouganda il y a une dizaine d’années, lors d’un voyage. Désireux d’avoir un impact positif et de soutenir l’économie locale, ils fondent l’association The Refugee Next Door qui regroupe une crèche, une école et un centre de formation pour soutenir les projets agricoles locaux.
En 2014, ils se lancent dans l’aventure KASANA avec pour mission de développer des projets agricoles en Afrique qui garantissent aux producteurs des conditions de travail dignes et des prix justes, permettant une émancipation économique et sociale.

Pourquoi nous sommes heureux de vous proposer leurs produits ? 

Les filières de noix de cajou sont souvent pointées du doigt pour leurs conditions de travail entraînant de nombreux problèmes de santé, tels que des brûlures aux mains. Ces brûlures sont en fait provoquées par un contact prolongé avec la noix en coque. Afin de limiter ce contact et dans un souci de mécanisation des tâches pénibles, la coopérative dispose d’une machine à décortiquer et d’une trieuse permettant de calibrer les noix.

Les noix en coque sont également préchauffées à la vapeur d’eau puis refroidies pendant 24h. Cette méthode permet de diminuer drastiquement l’acide rejeté par les noix et donc le risque de brûlures pouvant survenir durant les étapes de transformation qui ne peuvent pas être mécanisées. Les ouvriers protègent également leurs mains avec de l’huile végétale.

Découvrir ses produits